Rechercher dans ce blog

mercredi 31 mai 2017

L'éventail au Japon : esthétisme et arme de guerre

 Résultat de recherche d'images pour "éventail japonais femme"

Le terme éventail se prononce « sensu » au Japon.
 Résultat de recherche d'images pour "Les éventails « ôgi »."

Il semble que les éventails aient fait leur apparition au Japon en même temps que le bouddhisme, vers le Vème siècle. On trouve trace d’écrits datant du VII ème siècle. D’origine chinoise, les premiers éventails sont arrivés au Japon en passant par la Corée. Les premiers éventails n’étaient pas pliants. Les éventails pliants, sans doute une invention japonaise, feront leur apparition plus tardivement. 

1. Les différents éventails.

Résultat de recherche d'images pour "fabrication éventail japonais"


On distingue généralement les éventails en fonction de leur capacité à se plier (ôgi) ou non (uchiwa).

Les éventails « uchiwa ».

Ce sont historiquement les premiers à avoir fait leur apparition sur l’archipel japonais. Ils sont de formes ovales, rondes ou carrés et dotés d’un manche. Les premiers uchiwa étaient en bois parfois agrémenté de peinture. Dans un second temps il fut utilisé le cuir laqué, avant que le papier puis le tissu fassent  leur apparition. 

 Résultat de recherche d'images pour "Les éventails « uchiwa »."
 

Les éventails « ôgi ».

Conçus avec des lamelles de bois plus ou moins ouvragées, reliées entre elles avec du fil de soie, ce type d’éventail était, à l’origine, utilisé par les hommes. Le travail et la maîtrise du bois s’affinant avec le temps, le papier, puis le tissu faisant leur apparition il fut par la suite adopté par la gente féminine. Ce sont les Portugais qui au XVI ème siècle furent les premiers à importer ce type d’éventails en Europe.

Eventail Japonais - ville de Kazue
  Eventail traditionnel en bois et papier de la ville de Kazue.

Les ôgi fabriqués en bois, généralement du cyprès ou du hinoki, se nomment hi-ôgi. Il était possible de trouver une version en métal de ce type d’éventail. Celui-ci servait alors à commander les troupes à l’instar du « gumpai-uchiwa » mais pouvait aussi servir d’arme.

 Résultat de recherche d'images pour "Les éventails « ôgi »."

Il existe aujourd’hui une grande variété d’éventails pliables répondant en fonction de leurs nervures à des noms aussi variés que kawa-hori, chûkeo, suehoro, kame-ogi,…

2. Eventail et champs de bataille.

 


Un grand nombre d’éventails de guerre étaient utilisés sur les champs de bataille durant le Japon féodal, variant dans les tailles et les matériaux et pour différentes utilisations.

Une des utilisations les plus significatives, et peut-être les plus intéressantes est celles d’instruments de signalisation. Les éventails de signalisation viennent en trois variétés: avec des pompons, un éventails solide en fer, ou en bois et papier, très similaire au gunbai utilisé par les juges de sumo. Le commandant lève ou descend son éventails et pointe diverses directions pour transmettre ses ordres aux soldats, ce qui est ensuite retransmis par des formes de signaux visibles et audibles.

L’art de combat utilisant des éventails de guerre s’appelle le tessenjutsu


Types d’éventails de guerre



* les Uchiwa (団扇) sont de large éventailes de fer, parfois construit avec un coeur en bois, qui était porté par les officiers de haut-rang. Ils étaient utilisés pour se protéger des flèches, comme un parasol, et pour envoyer des signaux aux troupes. Le Dansen uchiwa (断線団扇) sont des uechiwa beaucoup plus grands.

 

Dansen Uchiwa


* les Gunsen (軍扇) sont des éventails pliables utilisés par le guerrier moyen pour se ventiler afin de se raffraichir. Ils étaient avec des rayons en bronze, cuivre, ou tout metal similaire et en fer pour les rayons extérieurs, les rendant légers mais durs. Les guerriers pendaient leur éventail à divers endroits, la plupart du temps à la ceinture, mais parfois aussi au niveau du pectoral de l’armure, bien que ce dernier entravait l’utilisation d’un sabre ou d’un arc.

 

Gunsen


* les Saihai (采配) étaient des éventails de signalisation avec des pompons qui étaient utilisés par un commandant pour signaler les mouvements de troupe.

 

Saihai



* les Tessen (鉄扇) étaient des éventails pliants avec des rayons externes en fer qui étaient fabriqués pour ressembler à des éventails pliants normaux, inoffensifs, ou  des matraques solides qui étaient fabriquées pour ressembler à des éventails repliés. Les samurai pouvaient les transporter dans des endroits où les épées ou tout autre arme étaient interdites, et certaines écoles de combat incluaient l’entrainement au tessen comme arme. Les tessen étaient aussi utilisés pour parer et écarter des flèches et des fléchettes, ou tout autre arme de jet, et pouvait servir pour aider à nager.

 
Tessen


Les éventails de guerre dans l’histoire et le folklore


Une légende particulièrement célèbre impliquant les éventails de guerre concerne une confrontation directe entre Takeda Shingen et Uesugi Kenshin dans la quatrième bataille de Kawanakajima en 1561. Kenshin fit irruption à cheval dans la tente de commandement de Shingen, après avoir passé son armée entière, et il attaqua; son épée fut déviée par l’éventail de guerre de Shingen. On en sait pas vraiment si Shingen a paré avec un tessen ou un dansen uchiwa, ou tout autre type d’éventail. Toutefois il était très rare pour des commandants de combattre directement, spécialement pour un général de devoir se défendre lui-même aussi efficacement après avoir été pris par surprise ainsi.


On raconte que Minamoto no Yoshitsune a vaincu le puissant moine-guerrier Saitô Musashibô Benkei avec un tessen.

 Résultat de recherche d'images pour "Minamoto no Yoshitsune vs Saitô Musashibô Benkei"


On raconte que Araki Murashige a utilisé un tessen pour sauver sa vie lorsque le grand seigneur de guerre Oda Nobunaga a essayé de l’assassiner. Araki a été invité chez Nobunaga, et a laissé son épée à l’entrée du manoir, comme il était de coutume. Lorsqu’il executa le traditionnel salut en s’inclinant à genou à la limite de l’entrée, Nobunaga avait prévu de refermer les portes coulissantes sur la nuque de Araki dans le but de le tuer. Toutefois, Araki avait placé à dessein son tessen replié dans la conduite de la porte empêchant ainsi les portes de se refermer.


Le clan Yagyû, maitres d’armes pour les shogun Tokugawa, avait parmi les art maitrisé le tessenjutsu dans leur école, le Yagyû Shinkage-ryû (une koryû).


Résultat de recherche d'images pour "éventail japonais de combat"

Eventails de Guerre en dehors du Japon


Les éventails sont aussi utilisé pour des buts offensif ou défensifs dans les arts martiaux chinois et coréens. Ils sont appelés « 铁扇 » (tiě shān, littéralement « éventail d’acier ») en chinois, et « 부채 » (buchae) en coréen.

 Résultat de recherche d'images pour "éventail chinois de combat"

Tessenjutsu



Le Tessenjutsu (鉄扇術) est l’art martial japonais de l’éventail de guerre tessen. Il est basé sur l’utilisation d’un éventail pliable en fer, qui a habituellement entre huit et dix rayons. L’utilisation de l’éventail de guerre en combat est indiqué dans les premières légendes japonaises. Par exemple, Yoshitsune, un héro japonais de légende et général célèbre (et personnage ayant réellement existé), a vaincu son adversaire Benkei (qui lui aussi est un personnage de légende ayant réellement existé) en déviant les coups de lance de son adversaire avec son éventail de fer. L’utilisation de cet éventail de fer, selon la légende, lui fut enseigné par une créature mythologique, un tengu, qui l’a instruit dans l’art de l’escrime.

 Epée et Eventail


Les pratiquants de tessenjutsu peuvent acquérir de haut niveau d’habileté. Certains deviennent si talentueux, en fait, qu’il peuvent  se défendre contre un attaquant armé d’une épée, et même tuer un adversaire d’un seul coup. Comme de nombreux autres arts de combat japonais durant cette ère, le tessenjutsu a atteint un très haut niveau de sophistication. Par exemple, un célèbre maitre d’armes du 16ème siècle, Ganryu, fut capable de vaincre plusieurs ennemis avec un éventail de fer.

Mise à part l’utilisation du tessen dans les duels contre les ennemis armés d’épée ou de lance, un pratiquant doué pouvait aussi l’utiliser pour parer et dévier des couteaux et des fléchettes empoisonnées qui leur étaient lancées.

 Résultat de recherche d'images pour "Tessenjutsu"


Le tessenjutsu est toujours pratiqué par très peu d’experts au Japon de nos jours.

 3. Usages.

L’usage de l’éventail se répand vite au sein de la société japonaise et il n’est pas une classe sociale qui en fit l’économie. Au XVIIIème siècle l’usage des éventails était si populaire que certains, richement confectionnés par la main de maîtres,  atteignaient des fortunes. C’est ainsi qu’en 1701 le shogun édicta un édit visant à limiter le prix des éventails. 

Résultat de recherche d'images pour "éventail japonais richement décoré"
 
Au-delà de l’usage évident de l’éventail, celui de s’éventer, l’éventail était utilisé dans bien d’autres cas et pouvait alors revêtir une forme particulière.

 Résultat de recherche d'images pour "éventail japonais richement décoré"

Usages des éventails uchiwa.

Les uchiwa étaient historiquement utilisés pour présenter un menu objet ou un courrier mais aussi pour attiser le feu (shibu-uchiwa). Les premiers étant bien plus richement décorés que les seconds.
Les « gumpai-uchiwa » étaient des éventails non pliables en bois, en cuir ou en métal, utilisés pour commander les troupes sur le champ de bataille. Un soleil était frappé d’un côté et une lune de l’autre. Il est aujourd’hui encore utilisé par les arbitres lors des matchs de Sumô.

Résultat de recherche d'images pour "uchiwa."

Usages des éventails ôgi.

Historiquement, les Shogun de la famille Tokugawa utilisèrent des éventails de type ôgi de très grande taille en guise d’étendard. On nomma ceux-ci « umajirushi ».

Résultat de recherche d'images pour "uma jirushi"

Certains jeux de cours, aujourd’hui tombés en désuétude, faisaient appel à un éventail. Ainsi était organisé des concours de poésie calligraphiée sur éventails (ôgi-awase), des lancés d’éventails (tôsenkyo ou ôgi-otoshi), des poésies reflétant la sensation éprouvée après avoir jeté son éventail à l’eau (ôgi-nagashi).
  
 Résultat de recherche d'images pour "poème sur éventail japon"

Hier comme aujourd’hui les ôgi furent et sont couramment utilisés par les moines bouddhistes et les prêtres shintô lors des cérémonies. Certains temples vendent des éventails marqués d’un charme à leur fidèle afin que celui-ci leur apporte protection ou autres bienfaits.
On utilise encore dans le cadre de la cérémonie du thé un éventail pliant spécifique, richement décoré, portant le nom de « rikyû-ôgi ».

 Résultat de recherche d'images pour "cérémonie du thé geisha"

Un autre type d’éventail « ôgi » est utilisé lors de représentation de théâtre nô. Celui-ci, particulièrement brillant, est appelé « Chukei ».

 Image associée

Enfin, certaines danses traditionnelles font toujours appel à un éventail. Cet éventail porte le nom de « mai-ôgi ».

 Résultat de recherche d'images pour "geisha danse éventail"Image associée

 

4. Les éventails aujourd’hui au Japon.

 Résultat de recherche d'images pour "éventail  femme"

Hommes ou femmes, les japonais utilisent encore couramment les éventails. Que cela soit à des fins purement pratiques lors des grosses chaleurs de l’été que pour des raisons esthétiques. Il est ainsi fort seyant d’avoir un éventail lorsque l’on revêt un yukata (kimono coloré) lors de fête et il peut être assez élégant pour une femme de se ventiler avec un bel éventail. 

 Résultat de recherche d'images pour "éventail geisha"

S’il est aisé de se procurer un éventail en bois, en papier peint à la main et même en soie, l’éventail en plastique est particulièrement présent. Distribué gratuitement par les grandes enseignes ou certaines sociétés, il sert alors de support publicitaire.

 Résultat de recherche d'images pour "éventail japonais"


Aucun commentaire: