Rechercher dans ce blog

lundi 22 août 2016

Faire son savon soi-même


Faire son savon soi-même


Voici un pas-à-pas consacré à la fabrication de savon maison, ou comment faire son savon soi-même. Un tutoriel détaillé et en image comme j’aurais aimé en trouver un sur le net lorsque j’ai commencé en savonnerie. Il vous apprendra la technique de la saponification à froid, c’est à dire que la pâte à savon n’est pas chauffée par une source de chaleur extérieure. Certains pensent que cette technique permet de conserver les propriétés des ingrédients, mais je ne suis pas d’accord avec ça, tout simplement parce que les ingrédients en question sont soumis à la soude qui détruit plus leurs propriétés que la cuisson de la pâte à savon. Lors de cet article, je vais  vous donner les trucs et astuces que m’a donnés PPK lorsque je débutais, ainsi que ceux que j’ai trouvés moi-même pour me simplifier la vie. J’ai complété cet article par un tutoriel simplifié (Faire son premier savon), qui vous permettra de vous concentrer sur le procédé.

Qu’est-ce que la saponification ?

La saponification c’est la réaction chimique entre de la soude caustique et de l’huile pour former un nouvel élément : le savon. La réaction chimique s’opère jusqu’à épuisement de l’un ou l’autre des ingrédients réactifs. C’est à dire soit épuisement de la soude, soit épuisement de l’huile. Si l’huile est épuisée avant la soude, il reste de la soude, ce qui donne un savon caustique. S’il y a épuisement de la soude avant l’huile, il reste de l’huile donc le savon est surgras. C’est bien sûr la deuxième option qui est recherchée en savonnerie.
Il existe plusieurs techniques de saponification : la saponification à froid, la cuisson au chaudron et la cuisson au four (méthode itmhp). Dans cet article, je vous détaillerai le procédé pour la saponification à froid, les techniques du chaudron et du four feront l’objet d’autres articles. Sachez cependant que la technique la plus utilisée pour les savons du commerce est la saponification au chaudron; c’est par exemple la technique traditionnelle de confection du savon de Marseille et du savon d’Alep.

Comment faire ?

En résumé, il faut faire la lessive de soude ou peser la lessive prête à l’emploi, puis peser les corps gras, faire fondre les beurres, les mélanger aux huiles et laisser refroidir. Quand tout est à température ambiante, il faut les mélanger jusqu’à l’obtention d’une pâte plus ou moins épaisse. C’est ce que l’on appelle la trace. Puis on fait les ajouts, on coule en moule, on laisse saponifier 48h. On démoule, on coupe, on laisse le savon reposer (c’est ce qu’on appelle la cure).
J’ai divisé le tutoriel en deux grands moments: la préparation et la confection proprement dite.

La préparation.

Formuler sa recette

Premièrement il faut avoir une envie et une idée de savon. Ne vous inquiétez pas, ça vient tout seul, on en a même trop en général. Ce qu’il faut c’est préciser votre idée pour savoir exactement ce que vous voulez pour ensuite élaborer la recette qui vous permettra d’approcher au maximum de votre idée de base. Je vous enlève tout de suite l’idée que l’on fait le savon que l’on veut. Non non non. C’est madame Soude qui décide du savon que l’on aura. Mais il faut savoir jouer avec elle pour lui faire faire au plus près ce que l’on souhaite. Des fois ça marche. Des fois non. C’est la surprise de la saponification.
Pour vous aider à vous retrouver dans toutes les possibilités de composition, j’ai écris une série de pages que vous pouvez consulter pour plus d’information : Dossier Formuler son savon.

Les huiles

Ensuite, choisissez les huiles qui vont composer votre savon. Vous pouvez mettre tous les gras que vous vous voulez bien sûr, mais cette composition d’huile va déterminer les caractéristiques de votre savon : plus ou moins dur, plus ou moins de mousse, plus ou moins crémeux… Pour ce qui est des caractéristiques des huiles en savonnerie je vous laisse consulter : mon article Formuler son savon : les huiles, les expériences de Kafée avec ces savons du mois, et le tableau fait par Aroma-Zone, qui est plutôt bien fait mais pas très précis je trouve.  Il vous permettra au moins de vous y retrouver dans les acides gras. Vous pouvez également vous aider des calculateurs Hexabulles et Soap Calc qui vous donnent les caractéristiques de votre savon.
Illustration huiles
Huiles végétales ou animales

Note : soyez vigilent à bien choisir des huiles végétales ou animales. Ne prenez pas les produits du commerce vendus sous le nom « d’huile » (notamment les « huiles sèches » ou « huile de monoï ») qui sont souvent constituées d’un tas de trucs, sauf d’huile.
Illustration huiles à éviter
Huiles à ne pas utiliser pour faire du savon.

 Les ajouts

Puis il faut déterminer les ajouts que vous allez mettre : colorants, fragrances, argiles, et autres ingrédients qui vont apporter d’autres caractéristiques à votre savon (odeur, couleur, douceur, dureté, mousse). Pour plus de précisions : Formuler son savon : l’esthétique, Formuler son savon : le parfum, Formuler son savon : les ajouts. Je vous conseille vivement de mettre un maximum d’ingrédients directement dans les huiles avant la soude. Vous aurez moins de surprises avec la trace, moins de grumeaux et moins de risques de d’oublis. Ne rajoutez vos ingrédients à la trace que si c’est nécessaire : les colorants dans le cas d’un marbrage par exemple.
Les ajouts : colorants, fragrances, huiles essentielles, argiles, mais aussi sucre, fécule, miel, purée de fruits, lait...
Les ajouts : colorants, fragrances, huiles essentielles, argiles, mais aussi sucre, fécule, miel, purée de fruits, lait…

Les alcalis

En ce qui concerne les alcalis, là encore plusieurs choix s’offrent à vous :
  • La soude caustique en perle, à laquelle vous allez rajouter un liquide. Il faudra donc calculer le poids de perle de soude (en fonction de l’indice de saponification) et le poids de liquide (en fonction du poids des huiles). Vous devrez ensuite mélanger les deux, muni(e) d’un masque à cartouche pour vous protéger des vapeurs de soude.
  • Pour la lessive de soude prête à l’emploi, le mélange eau/soude a déjà été fait. Vous n’avez donc pas à le faire, ce qui vous évite les vapeurs de soude et donc le masque à cartouche. Dans ce cas, vous n’avez qu’à calculer le poids de lessive de soude.
  • Enfin, vous pouvez utiliser de la potasse en paillette afin d’obtenir un savon liquide (comme le savon noir du ménage ou du hammam). Le procédé et les consignes de sécurité sont les mêmes que pour la soude caustique en perle.
Alcalis possibles : saude caustique en perles, lessive de soude, ou potasse.
Alcalis possibles : soude caustique en perles, lessive de soude, ou potasse.

Note : attention à ne pas vous tromper de produits : les cristaux de soude fait à partir de carbonate de sodium, ainsi que le bicarbonate de sodium, ne vous permettront pas d’obtenir du savon.
A ne pas utiliser pour faire du savon : bicarbonate de soude et Critaux de soude (carbonate de sodium)
A ne pas utiliser pour faire du savon : bicarbonate de soude et Cristaux de soude (carbonate de sodium)
Pour faire ces calculs, vous pouvez soit utiliser un calculateur (Soap Calc, MMS The Sage, Hexabulles, et Mendrulandia sont les plus connus), soit calculer votre soude à là main. Vous trouverez sur mon blog, un tutoriel pour chaque calculateur (tuto SC, tuto Hexa, tuto MMS, tuto Mendru) ainsi qu’une explication sur le calcul manuel. Quoi qu’il en soit, il faut toujours vérifier le calcul à l’aide d’un deuxième calculateur : ~1g de différence c’est bon ; plus, il y a un problème. Vous pouvez également poster votre future recette dans la rubrique « Validation de recettes » du forum, nous la vérifieront pour vous. Pour vous aider à utiliser les calculateurs en anglais, j’ai fais une traduction des huiles anglais/français et une traduction français/anglais.
Ce qu’il est très important de comprendre dans la fabrication du savon maison, que se soit en saponification à froid ou à chaud, c’est que chaque recette doit être recalculée à chaque fois. En effet, chaque huile à un indice de saponification différent, c’est à dire que le poids de soude nécessaire à la saponification de telle huile, sera différent pour une autre huile. Si vous ne calculez pas votre recette à chaque fois, vous risquez d’avoir un savon caustique.
Enfin, vous aurez besoin de déterminer le taux de surgraissage et le pourcentage de liquide contenu dans votre savon. Certains calculateurs comme Soap Calc vous font ce calcul, mais d’autres non. Dans ce cas, il faut faire le calcul soi-même.

Le surgraissage

Comme je vous l’ai expliqué plus haut, la saponification est une réaction chimique qui se produit jusqu’à épuisement de l’huile ou de la soude. Si l’huile est épuisée en premier, votre savon est caustique, vous ne pourrez pas l’utiliser pour vous laver. Si c’est la soude qui est épuisée en premier, alors il restera de l’huile dans votre savon, et votre savon sera surgras. Le surgraissage s’exprime en pourcentage : on retire x% du poids de soude ou on ajoute x% du poids d’huile. Généralement on surgraisse un savon entre 4% et 12%. Personnellement, je conseille un surgraissage de 5% à 8%. Si vous voulez en savoir plus, n’hésitez pas à consulter ma page sur le surgraissage.

 La quantité de liquide de dissolution

La quantité de liquide de dissolution de la soude se calcule en pourcentage du poids des huiles. La fourchette recommandée se situe entre 30% et 40% du poids des huiles. Pour faire le calcule il suffit de multiplier votre poids d’huile par le pourcentage d’eau que vous voulez mettre et diviser par 100. Par exemple pour un batch de 500g d’huile contenant 38% d’eau, il faut faire 38 x 5 = 190g de liquide. Il faut savoir que plus votre savon contient d’eau et plus il est mou, long à sécher, rapide à fondre, et plus la trace est lente à venir. Moins votre savon contient d’eau, et plus il est dur, rapide à sécher et lent à fondre, mais plus la trace est rapide. La valeur par défaut de Soap Calc est de 38% et c’est une valeur tout à fait correcte. Jouer sur le pourcentage d’humidité du savon peut être intéressant pour contre-balancer les défauts de la composition en huiles : Si l’on mets beaucoup d’huiles liquides, on peut réduire l’humidité pour obtenir un savon dur,  et inversement si l’on mets beaucoup de gras durs. Le % de liquide de dissolution permet également de pouvoir ajouter des purées de fruits, des boues, des laitages, c’est à dire des ingrédients contenant du liquide. Pour compenser l’ajout de liquide avec ces ingrédients, il faut abaisser le % de liquide de dissolution.
Voici donc la recette que j’ai élaborée pour ce tutoriel (pour un batch de 500g):
Les huiles :
  • coco (végétaline) 30%
  • palme 20%
  • olive 40%
  • ricin 10%
L’alcali :
  • soude en perle pour un surgraissage à 5%
Le liquide de dissolution :
  • eau déminéralisée 38% du poids des huiles
Les ajouts :
  • argile blanche 4% du poids des huiles
  • oxyde rouge 2 pointes de couteau
  • fragrance fraises au sucre 2% du poids des huiles
Quantités pour un batch de 300g d’huile
Illustration du calcul de soude sur Soap Calc
Feuille de calcul de la soude sur Soap Calc

 Préparer le matériel

L’espace de travail

Empêchez les animaux et les enfants de venir vous rejoindre pendant que vous savonnez. La soude est un produit dangereux, qui entraîne de graves brûlures chimiques, les plus difficiles à soigner. Tondre son Briard à la soude caustique n’est pas une bonne idée. Quant aux enfants, se retrouver grands brûlés à trois ans et demi, ce n’est pas le meilleur démarrage dans la vie que l’on puisse leur offrir. Pour la réussite de votre savon je vous conseille aussi d’éloigner les autres personnes et d’éteindre le téléphone pour éviter la déconcentration.  Débarrasser votre plan de travail pour limiter les dégâts en cas de projection et pour avoir de la place. C’est agréable d’être à l’aise. Enfin, protégez-le avec une toile cirée ou a défaut avec une bonne couche de papier journal recouverte de sac plastiques découpés.
A présent, il faut préparer le matériel et les ingrédients. Il vous faut donc :

Le matériel :

Un vêtement qui ne craint pas ou une blouse pour vous protéger.
Illustration masque, gants, masque à cartouche
Des lunettes, des gants et un masque à cartouches si vous faites votre lessive de soude vous-même
Illustration bécher
Un saladier ou un grand bécher
Illustration mixeur
Un mixeur plongeant. Vérifiez que le fil est suffisamment long et prévoyez une rallonge.
Illustration fouets
Des fouets ou des fourchettes pour mélanger vos ingrédients
illustration cuillères
Des cuillères pour les poudres.
Illustation récipients de transfert
Des récipients de transfert pour les huiles, la soude et les ajouts.
Illustration couteau
Un couteau pour couper les beurres.
Illustration casserole
Une casserole pour bain marie pour faire fondre vos beurres.
Illustration thermomètre
Un thermomètre. Ce n’est pas obligatoire, mais vous maîtriserez beaucoup mieux la trace si vous utilisez un thermomètre.
Illustration balance
Une balance de précision qui marche. Notez le poids de vos contenants au cas où la balance s’éteigne au milieu de la pesée. Comme ça vous n’avez plus qu’à faire la soustraction (encore un conseil de PPK).
Illustration maryse
Une maryse pour récupérer le plus de pâte à savon possible
Illustration moules
Un moule

Note : en ce qui concerne le moule, vous pouvez mouler dans des bricks de lait ou de jus de fruit vides découpées. Voir les explications photographiques dans mon article Recycler une brick en moule à savon.
Pour tous les instruments qui vont être en contact direct avec la soude, je vous conseille vivement d’investir dans du matériel que vous utiliserez uniquement pour savonner. Vous pouvez investir dès votre premier savon car de toute façon si vous en faites un, vous en ferez d’autres. Au début j’utilisais le même mixer pour ma soupe et mes savons. Et quand je mixais ma soupe, il y avait toujours un léger film d’huile d’olive qui flottais à la surface, alors que je ne mets jamais d’huile d’olive dans ma soupe. J’avais l’impression de manger de la soupe à la soude. Pas très ragoutant. Donc franchement investissez, vous n’en aurez pas pour très cher et se sera beaucoup plus confortable.

Les ingrédients.

Pour la recette qui nous intéresse :
  • Les corps gras : la végétaline, les huiles de palme, olive, ricin (La végétaline est en fait de l’huile de coco. Si vous voulez prendre une sous marque, vérifiez bien dans les ingrédients qu’il s’agit de l’huile de coco (ou coprah) pure.)
  • L’argile blanche.
  • L’oxyde rouge.
  • La fragrance
  • L’eau déminéralisée et la soude en perle.
Je vous conseille de travailler par étape et de ne sortir que les ingrédients dont vous avez besoin, puis de les ranger au fur et à mesure. Cela permet d’y voir plus clair, de ne pas encombrer le plan de travail et de ne pas oublier d’ingrédients. Il vaut mieux être un peu trop ordonné que pas assez, le coup de feu arrive vite.
Vous êtes maintenant parés pour la grande aventure savonnesque!

La confection du savon.

Première étape : Préparer la lessive soude.

Illustration matériel préparation de la lessive de soude
Matériel nécessaire : soude en perle, eau déminéralisée, masque pour les yeux, masque à cartouche, gants, bol, petit pot, fouet, balance.
Avec la lessive de soude prête à l’emploi : pesez la lessive dans le premier récipient de transfert et réservez-la hors de portée des enfants et des animaux.
Avec la soude en perle : muni de votre masque à cartouche, pesez séparément la quantité d’eau désirée et la quantité de perles de soude. Puis ajoutez très progressivement la soude dans l’eau et non l’inverse. Remuez régulièrement jusqu’à complète dissolution des perles. Laissez refroidir à température ambiante. C’est à cette étape que se dégagent les vapeurs de soude, gardez bien votre masque jusqu’au complet refroidissement, et faites bien attention de tenir à l’écart toute personne ne portant pas de masque. Il est également important de verser les perles de soude dans l’eau et non l’inverse car la réaction est beaucoup plus violente et risque de déborder.
illustration pesée de la soude en perle
Pesez les perles de soude
Illustration de la pesée de l'eau déminéralisée
Pesez l’eau déminéralisée
Illustration ajout de la soude dans l'eau
Ajoutez la soude à l’eau
Illsutration lessive de soude
Mélangez jusqu’à ce que la lessive redevienne translucide

Deuxième étape : mélanger les corps gras.

Illsutration matériel pesée des huiles
Matériel nécessaire : huiles d’olive, de ricin et de palme, Végétaline, bécher, balance, bol, maryse, casserole pour le bain-marie.
Faites fondre les beurres : Mettez votre saladier (ou votre bécher ) au bain marie. Pesez les beurres séparément dans le deuxième récipient de transfert puis mettez-les à fondre dans le saladier au bain marie. Pesez séparément vos huiles. Une fois que le beurre est fondu, sortez-le du bain marie (n’oubliez pas d’éteindre le gaz…) et ajoutez les huiles. Mettez un coup de mixer pour que tout soit bien homogène. Laissez refroidir à température ambiante (25°/30°).
Pourquoi peser séparément? Parce que si vous avez la main un peu lourde, vous pourrez remettre dans la bouteille. Alors que si vous les versez toutes dans le même récipient et que vous en mettez plus que nécessaire, il faut TOUT recalculer. Je ne vous explique pas la pagaille. Faites-moi confiance sur ce coup là, ça m’est arrivé suffisamment de fois pour vous assurer qu’il vaut vraiment mieux peser les huiles séparément.
Coupez, pesez et coupez en petits morceaux l'huile de palme.
Coupez, pesez et détaillez en petits morceaux l’huile de palme.
Illustration préparation de l'huile de coco
Faites de même avec l’huile de coco.
Illustration bain-marie
Faites-les fondre au bain-marie
Illustration pesée de l'huile de ricin
Pendant ce temps pesez l’huile de ricin…
Illustration pesée de l'huile d'olive
…et l’huile d’olive séparément.
Illustratio huiles solides fondues
Quand les huiles solides sont fondues…
Illlustration ajout huiles do'live et de ricin.
… ajoutez l’huile d’olive et l’huile de ricin. Laissez refroidir à température ambiante (25°/30°)

Troisième étape : Préparez les ajouts.

Illustration matériel ajouts.
Matériel nécessaire : argile blanche, oxyde rouge, fragrance, cuillère, balance, petit pot.
Pesez séparément les différents ajouts, diluez-les dans un peu d’huile avant de les incorporer à votre mélange d’huile. Mélangez au mixeur pour que tout soit bien homogène. Si vous prévoyez un marbrage, préparez vos colorants : diluez la quantité nécessaire dans un peu d’huile. Si vous comptez faire d’autre ajouts à la trace pesez-les et réservez-les.
Illustration pesée de l'argile blanche.
Pesez l’argile blanche.
Illustration ajout de l'oxyde rouge
Ajoutez l’oxyde rouge…
illustration ajout fragrance
… et la fragrance.
Illustration ajouts
Mélangez puis ajoutez un peu du mélange d’huile pour homogénéiser. Réservez.

Quatrième étape: le mélange!

Illustraiton matériel pour le mélange
Matériel nécessaire : mélange d’huiles, lessive de soude, ajouts préparés, thermomètre, mixeur.
Une fois que la température des huiles et de la lessive de soude est comprise entre 30° et 35°, vous êtes prêts à faire le mélange (notez que si vous utilisez une grande proportion de beurres, il peut être utile de faire le mélange huile/soude à une température de 40° pour que les beurre ne se re-solidifient pas). Pour savoir si les huiles sont à la bonne température, utilisez le thermomètre. Sinon, en posant les mains sur les côtés du saladier, il doit être tiède. Puis versez lentement la soude dans les huiles et mélangez à la maryse ou au mixeur. Si la consistance est longue à arriver, il faut laisser le mixeur se reposer de temps en temps, en arrêtant de mixer pour s’en servir comme d’une simple cuillère. Gardez bien le mixeur au fond du saladier pour éviter les projections, mais inclinez-le légèrement pour créer un courant. Mixez jusqu’à l’apparition de la trace. La trace en savonnerie correspond à la consistance de la pâte : lorsqu’on fait couler la pâte à savon, elle laisse une trace plus ou moins épaisse. Pour une trace lente, ne mixez que très peu, préférez le mélange à la maryse.
Illustration température de la lessive et des huiles
Vérifiez que la lessive de soude et le mélange d’huile sont à température ambiante (25°/30°) avec moins de 5° d’écart.
Illustration ajout des ajouts
Faites vos ajouts.
Illustration mélange des ajouts.
Mélangez. Vous pouvez mettre un coup de mixeur pour que le mélange soit bien homogène.
Illustration ajout de la lessive de soude
Ajoutez doucement la lessive de soude tout en mélangeant.
Illustration mixage de la pâte à savon.
Mixez jusqu’à l’obtention de la trace. Gardez bien le mixeur au fond.
Illustration traces.
Trace fine, trace franche et trace épaisse.
Note: La trace est un moment très important. Selon l’effet que vous souhaiterez obtenir, vous aurez besoin d’une trace plus ou moins fine. Cependant, il est très difficile d’expliquer ce qu’est la trace précisément. C’est une notion qui vient avec la pratique. J’ai consacré un tutoriel à la trace, mais je sais d’avance qu’il ne vous aidera pas beaucoup. Je suis convaincue qu’on ne peut apprendre à maîtriser la trace qu’avec de la pratique. Et encore…
Page : la trace

Cinquième étape : les derniers ajouts et le marbrage.

Au moment de la trace, si vous avez choisi de faire un marbrage, versez une partie de votre pâte dans un autre contenant, et ajoutez vos colorants. Mixez pour homogénéiser.

Sixième étape : la mise en moule.

Coulez votre pâte à savon dans le moule choisi et refermez votre moule ou couvrez-le avec de la cellophane pour que la pâte à savon ne soit pas au contact de l’air, sinon il va se former une couche blanche poussiéreuse sur le dessus du savon que l’on appelle cendre de soude. Ce n’est pas grave, juste pas très esthétique. Ensuite, placez le savon dans un endroit où il y a peu de variations de températures. Le processus de saponification fait monter la pâte en température, et pour que la réaction chimique se fasse bien, il faut que la température extérieure soit stable.
Illustration mise en moule.
Versez la pâte à savon dans le moule.
Illustration lissage du savon.
Tapez le moule pour faire remonter les bulles d’air et lisser le dessus du savon.
Illustration savon moulés et filmés.
Filmez le moule pour éviter la cendre de soude.

Septième étape : la vaisselle.

Rincez abondamment sous l’eau le récipient qui a contenu la lessive de soude (ça débouche l’évier!). Pour faciliter le nettoyage du reste du matériel, laisser-le dans un coin hors de portée des enfants et des animaux pendant deux jours afin que la saponification soit finie, puis laissez-le tremper pour faire fondre le savon. Un petit coup d’éponge et c’est nickel (encore une astuce de PPK). Si vous les lavez tout de suite je vous conseille de mettre des gants car la soude dessèche vraiment les mains.
Illustration vaisselle
Laissez saponifier…
Illustration vaisselle
… puis faites tremper

Huitième étape : le démoulage.

Après 48h  (j’ai bien dit 48h) vous pouvez démouler votre savon. C’est dur je sais. Mais c’est comme ça. Si le savon se démoule mal, vous pouvez le placer quelques heures au congélateur pour qu’il durcisse et se rétracte, cela facilitera l’opération (dans ce cas, attendez qu’il se réchauffe pour le couper). Vous pouvez ensuite découper votre pain de savon en savonnettes à l’aide d’un grand couteau ou d’un fil (à raclette, à beurre, à foie-gras…). Pour couper droit, un découpeur est nécessaire.
Illustration démoulage
Attendez bien 48 h avant de démouler

Neuvième étape : la cure.

Autrement dit la torture de la savonnière! Il faut attendre au grand minimum quatre semaines, pour que le savon soit bon pour l’utilisation. C’est long quatre semaines. Je vous conseille cependant de laisser votre savon curer un peu plus longtemps, il n’en sera que meilleur. Page : la cure.
Illustration savon
Et voilà le savon prêt pour la cure!

Nous voici arrivés à la fin de ce tutoriel, j’espère que j’ai été claire, n’hésitez pas à poser des questions s’il y a encore des zones obscures, j’y répondrai avec plaisir. Pour compléter ces informations vous pouvez  consulter la fiche d’Aroma zone consacrée à la saponification, et bien entendu, vous pouvez nous rejoindre sur le forum pour nous montrer votre premier bébé!
Bullez bien!

Aucun commentaire: