Rechercher dans ce blog

samedi 9 juillet 2016

France : les bouteilles consignées font enfin leur grand retour !

Les plus de trente ans s’en rappellent peut-être : avant, quand un bouteille en verre était vide, on la rapportait à la consigne. Une légère contrainte pleine d’avantages, aussi bien sur le plan économique qu’écologique. Heureusement, ce petit geste est en train de faire son grand retour en France !
Vous savez ce qu’on fait aujourd’hui avec une bouteilles en verre vide ? On la jette, on la brise en mille morceaux, on la met dans un four à 1 500°, on la fait fondre, on récupère la matière, on la place dans des moules, on fait refroidir le tout et au final, qu’obtient-t-on ? Une nouvelle bouteille vide ! Tout ça pour ça, c’est pas génial ? Le progrès dans tout ce qu’il a de plus absurde…
Et avant, vous vous rappelez ce qu’on faisait d’une bouteille vide ? On la lavait… et puis c’est tout !
shutterstock_419893777
Source : Shutterstock
En faisant cette rapide petite comparaison entre notre époque et la précédente, la question se pose : est-ce qu’on ne pourrait pas revenir au temps béni des consignes et déposer nos bouteilles vides pour les remettre dans le circuit ? On est d’accord : ce serait quand même faire preuve de bon sens et de rationalité. Eh bien, bonne nouvelle : la consigne revient enfin !
bouteilles-verre-consigne-retour-en-france-une
Source : Shutterstock
Alors qu’elle avait disparu au fil des années 80 le système trouve de nouveau grâce auprès des industriels et des collectivités !
Des expérimentations sont déjà menées dans le Var, les Hauts-de-France et le Jura, une station de lavage a ouvert ses portes près de Paris, des fabricants de bière artisanale s’y mettent aussi, de même que bon nombre de restaurateurs et de traiteurs !

Il faut dire que la consigne ne présente que des avantages. Aussi bien pour les consommateurs que pour les professionnels et les collectivités. Pour tout comprendre, cette vidéo très claire réalisée par la Fondation Nicolas Hulot !





Source
Innovation / jardinage biologique / Recyclage / Solaire Irrigation solaire au goutte à goutte : une technique gratuite à la portée de tous Un article rédigé par guillaume.j / 11 Juin 2013 FacebookTwitterGoogle+PinterestLinkedInWhatsAppDiggPartager Baptisé kondenskompressor, ce système ingénieux de micro-irrigation solaire au goutte à goutte allie astucieusement recyclage, réduction du gaspillage et conservation de l’eau. Ce système d’arrosage d’une simplicité désarmante permet une utilisation optimale des ressources en eau, en particulier pour la culture dans un climat sec ou aride. Il est idéal pour les jardins communautaires, les potagers urbains mais aussi les serres de jardin. Irrigation solaire tomates Irrigation de plants de tomates au goutte à goutte solaire. La technique du "kondenskompressor" semble avoir été mise au point vers 2008 par « Hortelano Hortament », un jardinier amateur originaire de Palma de Majorque sur les îles Baléares. Basé sur le même principe que les distillateurs solaires comme l’Eliodomestico déjà abordé précédemment, l’idée n’est pas officiellement brevetée et ne nécessite que des bouteilles en plastique PET de récupération pour fonctionner. rrigation solaire schemaLa base d’une bouteille de 1.5l coupée en deux et remplie d’eau constitue le réservoir. Une autre bouteille en plastique de 5l dont on a découpé la base et dont on a conservé le bouchon de fermeture vient se placer au-dessus du réservoir. Placer une ou plusieurs bouteilles autour des plants que l’on veut irriguer. En s’évaporant du réservoir, la vapeur d’eau se condense, ruisselle contre les parois de la bouteille de 5l et irrigue au goutte à goutte le sol autour des plants. Une fois l’eau évaporée, il suffit de remplir le réservoir à nouveau et le cycle recommence. Ce système présente l’avantage énorme de limiter le gaspillage de l’eau et permet de diviser par dix la quantité d’eau nécessaire à l’arrosage régulier. L’arrosage traditionnel, qu’il soit automatique avec des pulvérisateurs, des gicleurs d’eau ou des arrosoirs génère systématiquement une perte importante d’eau due au ruissellement et à l’évaporation. Le système du goutte à goutte solaire élimine totalement le gaspillage dû au ruissellement, et l’ajout d’une couche de paille autour des plants limite considérablement les pertes d’eau dues à l’évaporation. L’autre énorme avantage de ce système est qu’il permet l’utilisation d’eau saumâtre pour l’arrosage. La vidéo suivante démontre l’efficacité de la technique avec de l’eau de mer. C’est en tous cas l’une des raisons qui explique le succès de cette méthode dans des régions au climat désertique tempéré comme aux îles des Canaries ou au nord du Chili où l’eau douce est une ressource rare. Cette technique simple et gratuite d’irrigation solaire au goutte à goutte n’est évidemment pas adaptée à l’agriculture intensive ou à l’arrosage d’un golf par exemple. Elle est destinée à la pratique durable du maraîchage privé ou communautaire (jardins collectifs, potagers urbains, petites exploitations etc.) et peut même faciliter le reboisement (en moyenne montagne ou en terrain difficile dépourvu d’infrastructure). Finalement, c’est également une méthode qui permet de soutenir de façon non négligeable et à peu de frais les communautés des pays en voie de développement souffrant d’une pénurie chronique d’eau douce dans leur effort de garantir leur sécurité alimentaire. Ressources et documentation : Les photos proviennent du blog Un Huerto Urbano (en espagnol). Le site kondenskompressor (en espagnol) n’est plus mis à jour depuis 2008, mais la documentation y est toujours disponible La version française du site espagnol sitiosolar propose un article décrivant la méthode en français.

Retrouvez cet article sur ecolopop : http://www.ecolopop.info/2013/06/irrigation-solaire-au-goutte-a-goutte-une-technique-gratuite-a-la-portee-de-tous/16559?hash=e9e042de-ea92-41f6-aea3-0cdb0bdccb28 Les plus de trente ans s’en rappellent peut-être : avant, quand un bouteille en verre était vide, on la rapportait à la consigne. Une légère contrainte pleine d’avantages, aussi bien sur le plan économique qu’écologique. Heureusement, ce petit geste est en train de faire son grand retour en France !
Vous savez ce qu’on fait aujourd’hui avec une bouteilles en verre vide ? On la jette, on la brise en mille morceaux, on la met dans un four à 1 500°, on la fait fondre, on récupère la matière, on la place dans des moules, on fait refroidir le tout et au final, qu’obtient-t-on ? Une nouvelle bouteille vide ! Tout ça pour ça, c’est pas génial ? Le progrès dans tout ce qu’il a de plus absurde…
Et avant, vous vous rappelez ce qu’on faisait d’une bouteille vide ? On la lavait… et puis c’est tout !
shutterstock_419893777
Source : Shutterstock
En faisant cette rapide petite comparaison entre notre époque et la précédente, la question se pose : est-ce qu’on ne pourrait pas revenir au temps béni des consignes et déposer nos bouteilles vides pour les remettre dans le circuit ? On est d’accord : ce serait quand même faire preuve de bon sens et de rationalité. Eh bien, bonne nouvelle : la consigne revient enfin !
bouteilles-verre-consigne-retour-en-france-une
Source : Shutterstock
Alors qu’elle avait disparu au fil des années 80 le système trouve de nouveau grâce auprès des industriels et des collectivités !
Des expérimentations sont déjà menées dans le Var, les Hauts-de-France et le Jura, une station de lavage a ouvert ses portes près de Paris, des fabricants de bière artisanale s’y mettent aussi, de même que bon nombre de restaurateurs et de traiteurs !

Aucun commentaire: