Rechercher dans ce blog

dimanche 12 juin 2016

NE MANGEZ PLUS DE POMMES BRILLANTES !

Cette cire est mise sur les pommes pour :
- les rendre brillantes donc attractive pour le consommateur
- les protéger des parasites et maintenir leur fraîcheur

Tout ça c'est à cause de nous !
Et oui le consommateur veut une belle pomme brillante, croquante sans tâche noire, on veut la pomme PARFAITE.

Afficher l'image d'origine

Mais on ne peut pas demander à la nature de standardiser et de faire des pommes parfaites tout le temps.
Du coup l'industrie le fait pour nous.

A vous de choisir une pomme naturelle et un peu plus terne ou de la cire pour une pomme parfaite ????


Les enrobages protecteurs ou cires utilisées pour contrer la perte d’humidité des fruits et légumes lors de leur entreposage sont comestibles. Toutefois, il se peut qu’elles contiennent des traces d’allergènes.

L’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) recommande à l’industrie alimentaire d’éviter l’utilisation d’allergènes majeurs, comme les arachides, les noix, les graines de sésame, le lait, les œufs, les produits de la mer, le blé, le gluten, les sulfites, de même que toutes les protéines qui en sont dérivées dans la composition d’enrobages protecteurs destinés aux fruits et légumes frais.

Malheureusement, il n’existe pas encore d’obligation d’étiquetage pour les cires et les enrobages protecteurs des fruits et légumes frais. Le seul pouvoir de l’ACIA, pour le moment, est de conseiller fortement aux utilisateurs de ce type de produits de lire attentivement les fiches techniques et la liste d’ingrédients des enrobages protecteurs, afin de s’assurer que ceux-ci ne contiennent pas d’allergènes majeurs.


Toutefois, les fabricants et importateurs de ces enrobages sont tenus en vertu de la Loi sur les aliments et drogues de s’assurer que toutes les formulations d’enrobage vendues pour être utilisées sur des fruits et des légumes frais ne comportent pas de danger pour la santé des consommateurs.
 
Que se passe-t-il avec les fruits et légumes importés?

Aux États-Unis, par exemple, même s’ils approuvent certains enrobages dans leur pays, ils doivent tout de même se conformer aux réglementations canadiennes avant de se retrouver sur les tablettes de notre supermarché. Il en est de même pour les importateurs canadiens de fruits et de légumes qui doivent exiger la liste d’ingrédients des formules d’enrobage de leurs expéditeurs, afin de s’assurer qu’elles ne contiennent pas d’allergène majeurs.

Quelques failles dans le système

Au Canada, étant donné que les cires et enrobages protecteurs ne sont pas réglementés comme des additifs alimentaires, sauf l’huile minérale, la paraffine et la gelée de pétrole, aucun fabricant de ce type de produits n’a à soumettre ses formules sous la loupe de Santé Canada. Il y a tout de même un paragraphe qui leur est accordé dans la Loi sur les aliments et drogues à cet égard, disant que tout enrobage vendu pour utilisation sur les fruits et légumes frais ne devrait pas comporter de risque pour les santé des Canadiennes et des Canadiens. Santé Canada leur permet donc de soumettre volontairement leurs formules d’enrobages protecteurs, afin qu’elles soient testés et puissent recevoir un avis de non-objection pour son acceptabilité et son innocuité. 


source 

Aucun commentaire: