Rechercher dans ce blog

mardi 26 janvier 2016

La réembauche : une pratique qui se développe

Obtenir un CDI ressemble de plus en plus à la découverte du Graal dans le monde de l'emploi : les CDD se développent, bien que leur part dans le marché du travail n'ait pas vraiment évolué depuis le début des années 90. Ce qui se développe, par contre, c'est la "réembauche", c'est-à-dire le fait de signer un CDD avec un employeur pour lequel on a déjà travaillé.
 
Les réembauches représentent 69 % des CDD signés en 2012, selon l'Unédic - (c) Shutterstock

85 % des contrats signés en 2012 étaient des CDD

Si la part des CDD dans le monde du travail reste faible, à peine 8,4 % de l'emploi total, les CDD ont la cote en ces temps de crise. Selon l'Unédic, qui a publié une étude vendredi 22 janvier 2016 sur la question, 85 % des contrats signés en 2012 étaient des CDD (hors intérim). Mais la grande majorité de ces CDD ne représentaient pas une nouvelle embauche.

Il semblerait que les entreprises pratiquent de plus en plus la "réembauche", surtout dans les milieux qui ont besoin de contrats courts. Ainsi, en 2012, 69 % des CDD signés étaient une "réembauche". Le salarié avait donc déjà travaillé pour l'employeur en question au moins une fois dans sa vie.

Mais l'étude pointe le fait que ces réembauches sont souvent réalisées sous 7 jours (durée médiane entre deux contrats), et la majorité sous 40 jours.

Des contrats courts à répétition

La "réembauche" ne concerne toutefois qu'une petite partie des salariés en CDD : à peine 3 % de ceux-ci représentent 50 % des réembauches, selon l'étude de l'Unédic. Et les contrats sont souvent d'une très courte durée, un mois ou moins (89 % des réembauches). Pas étonnant, donc, que les domaines spécialisés dans les contrats courts, comme la santé, l'administration ou l'action sociale, soient les principaux utilisateurs de cette pratique.

De quoi se demander si ces réembauches ne sont pas plutôt une manière d'éviter le CDI et les contraintes qu'il représente, en termes de licenciement et de droit du travailleur.

 Par Paolo Garoscio le 25 janv. 2016
Source

Aucun commentaire: