Rechercher dans ce blog

samedi 12 décembre 2015

La laponie c'est aussi la terre des Sames

 

 

La culture sami

La culture sami est en pleine renaissance depuis plusieurs dizaines d’années.

Elle se remarque, entre autre, au travers des costumes, de l’art, de l’artisanat, de la nourriture.
Le renne est au coeur de la culture sami.

Les costumes


23770004
Contrairement aux idées occidentales bien trop répandues, le costume traditionnel n’est pas une toilette folklorique pour faire plaisir aux touristes.
Le costume est un symbole important de l’identité sami. Les couleurs dominantes sont le vert, le rouge, le bleu et le jaune. Les costumes sont différents selon les régions du Sápmi, et selon le sexe de la personne qui le porte. D’autres critères différentiels sont aussi représentés.
La fourrure et la peau des rennes sont utilisées pour la fabrication des costumes et des chaussures. De magnifiques châles aux couleurs chatoyantes couvrent les épaules des femmes.
De très beaux bijoux traditionnels ornent ces vêtements.


L’art et l’artisanat
DSC05319 L’art et l’artisanat, « duodji » en same du nord, sont une part centrale de l’identité sami. Les sames travaillent les bois de renne, l’os, le bois, la peau, l’étain, le cuivre, l’argent.
Très doués pour la créativité, leurs oeuvres, taillées, cousues, gravées, sculptées à la main, sont remarquables. Les couteaux, gravés à la main, sont des modèles d’art.


Quelques artistes

Lars Pirak JokkmokksmarknadLars Pirak (1932-2008) fut un maître de la culture sami. Ses domaines étaient aussi variés que la peinture à l’huile, l’aquarelle, l’écriture, la narration, le joïk, la sculpture.
Nils Nilsson Skum (1872-1951) a laissé quant à lui une oeuvre impressionnante de dessins, relatant la vie des éleveurs de rennes.
Johan Turi (1854-1936), Andréas Labba (1907-1970) figurent parmi les premiers écrivains sames.
Paulus Utsi (1918-1975) fut l’un des plus grand poètes. Il décrivait souvent les souffrances et les luttes de son peuple.


Les années 60 virent le réveil de la culture sami et du joïk*.
Nils Aslak Valkeapää (1943-2001), « Áilluhas » de son nom same, en fut le pionnier. Ses écrits et sa musique portèrent la culture same dans le monde.

On peut également citer, entre bien d’autres artistes contemporains et talentueux, Marie Boine et Wimme.
Plus récemment Sofia Jannok, Simon Issát Marainen, Maxida et Mimi Mårak, Lars Ante Khumunen commencent des carrières prometteuses.

On ne peut les citer tous, mais nous pouvons leur rendre hommage, car ils contribuent tous à faire vivre leur culture, et leurs œuvres marquent les époques.

* Le joïk est un chant parfois guttural, chanté a cappella ou au son du tambour. Il raconte une personne, un animal, un lieu, une situation, un évènement.


Jarŋŋa - Njäjgas váren

 

 

Les Sames aujourd’hui

5-Peuple-sami-aujourd'huiLes Sames ou Sámi sont le peuple autochtone du Sápmi. Ils font partie des peuples premiers. 
 
Les termes « Lapon et Laponie » sont progressivement abandonnés, au profit des termes « sámi, same, sami, » pour nommer le peuple, et « Sápmi » pour nommer le territoire.
A l’origine les sames étaient chasseurs et pêcheurs. Ils entretenaient un lien très fort avec la nature, et leur mode de vie était en corrélation étroite avec ces hautes latitudes boréales.

Au fil de l’Histoire, ils ont fait face à l’avènement des frontières, à la christianisation forcée, et à la colonisation. Aujourd’hui, ils luttent pour leur terre, pour leurs droits, et pour préserver et développer leur culture.
Ils ont encore de nos jours, à faire face à la discrimination raciale et aux insultes.

La Population
73490004La population sami est d’environ 80 à 100 000 personnes, approximativement réparties :
  • 50 à 65 000 environ vivent en Norvège
  • 20 à 35 000 environ en Suède
  • 8 000 en Finlande
  • 2 000 en Russie
L’élevage du renne fait partie intégrante de la culture sami. Environ 10 % des sames sont éleveurs de rennes.
4-Peuple-sami-aujourd'huiEn Suède, les éleveurs de rennes sont répartis en «Samebyar». Un Sameby est à la fois une entité économique et une aire géographique, où les Sames exercent leur activité d’éleveurs de rennes, selon la loi suédoise. Il existe 51 Samebyar en Suède.

Souvent, les sames ont une activité annexe à l’élevage du renne, comme le tourisme, l’art ou l’artisanat, en lien avec leur culture.

Les éleveurs de rennes sont dépendants du gouvernement suédois. Ils doivent composer avec les exploitations minières et forestières, les constructions de barrages hydro-électriques, de routes et de voies ferrées qui sans cesse restreignent leur territoire, et engendrent des difficultés de déplacement et des diminutions des pâturages. Depuis quelque temps, de plus en plus de parcs éoliens s’ installent sur les pâturages des rennes.
2-Peuple-sami-CultureL’autre partie de la population sami occupe des emplois en tant que salariés, chefs d’entreprise ou travailleurs indépendants, dans différents domaines.
Certains d’entre eux sont artistes, artisans, écrivains, journalistes, peintres, photographes, stylistes, couturiers et exercent ces activités en lien direct avec leur culture.

La langue sami
La langue sami est répartie à travers les 4 pays.
Menacée de disparition, elle est composée de 3 langues principales, déclinées en 9 dialectes :


Le Same du Sud Le Same du Centre Le Same de l’Est
  • Same du Sud
  • Same de Ume
  • Same de Pite
  • Same de Lule
  • Same du Nord
  • Same d’Inari
  • Same de Skolt
  • Same de Kildin
  • Same de Ter
Les pressions qui furent exercées sur les Sames, telles l’interdiction de porter leurs costumes, de pratiquer leur religion, de parler leur langue, font que bon nombre d’entre eux ne connaissent pas la langue de leur peuple.
De nos jours, l’administration sami évoque le chiffre d’environ 20 000 locuteurs, parmi lesquels 85% d’entre eux parlent le same du nord.
De plus en plus, les enfants et les jeunes étudient maintenant la langue sámi à l’école et à l’université, désireux de renouer avec leur culture.
La langue du Same de Ter, parlée en Presqu’île de Kola en Russie, est la 8è langue la plus menacée dans le monde. Elle n’est plus pratiquée que par une dizaine de locuteurs.

L’organisation
Le drapeau sami fut adopté en 1986. Il est commun aux 4 pays.
Les 4 couleurs du drapeau représentent les symboles de survie des sami :
  • flag_laponiele vert, relatif aux plantes et à la nature.
  • le bleu, couleur de l’eau, élixir de vie.
  • le jaune, pour le soleil, qui permet la vie à long terme.
  • le rouge, pour le feu, symbole de la chaleur et de l’amour.
La partie rouge de l’anneau représente le soleil, et la partie bleue la lune.
Cet anneau est le symbole de la spiritualité qui relie ces 4 éléments.
L’hymne sami est commun au 4 pays.
Il a pour titre « Sámi Soga Lávlla » en same du nord, et signifie «la Chanson du peuple sami».
Cette chanson fut écrite par Isaac Saba en 1906. La musique est de Arne Sörlie.



La journée nationale sami est fêtée le 6 février.
L’ONU reconnaît le peuple sami en tant que peuple autochtone.
Depuis 2011, il est écrit dans la Constitution Suédoise que les Sami sont un peuple en Suède. Cependant, les Sames ne sont pas représentés au Riksdag, le Parlement Suédois. La Suède n’a pas ratifié la Convention 169, relative aux peuples indigènes et tribaux.

Les Sames sont organisés politiquement.

En Norvège, Suède et Finlande, ils ont un Parlement, le Sameting.
Côté russe, le travail est en cours pour la création d’un Sameting en presqu’île de Kola.
En Suède, le Sameting a été créé en 1993. En tant qu’autorité d’Etat, il doit exécuter la politique suédoise, et en tant qu’organisme sami, il doit satisfaire au développement des affaires sames et à l’aspiration à l’auto-détermination.

Le Parlement sami s’occupe de différents secteurs en matière d’affaires sames. Il a en charge, entre autres, la répartition des subventions et des fonds pour la culture same. Il s’occupe de l’éducation, de la recherche et de la promotion de la langue same. Il veille aux besoins des éleveurs de rennes, s’occupe de l’environnement, informe sur les questions sami et représente le peuple sami à l’international, au niveau des peuples autochtones.




Somby, groupe de rock sami 

 Afficher l'image d'origine

A l’instar des populations autochtones d’Amérique, la culture de la communauté indigène sami de Laponie finlandaise repose très largement sur des mythes et légendes, si bien que le simple fait de prononcer le nom de cette minorité ethnique renvoie aussitôt à des images stéréotypées de gens mal dégrossis, toujours vêtus de l’habit traditionnel sami et vivant sous la tente dans des conditions rudimentaires.



En affichant leur vocation à faire connaître la culture sami contemporaine au-delà des frontières finlandaises, le groupe de rock lapon Somby a bien l’intention de dynamiter les clichés qui s’attachent à leur communauté.
Près de 6000 Samis vivent en Finlande, où ils connaissent en gros les mêmes conditions d’existence que la grande majorité de la population finlandaise, exception faite des activités d’élevage des rennes qui restent au cœur de la vie de la communauté. Les choses ont de toute façon bien changé ne serait-ce qu’en 100 ans, puisqu’aujourd’hui les Samis ne revêtent plus guère leur costume traditionnel que pour certaines occasions festives bien précises.

 « Vous seriez surpris de voir à quel point les gens, et même les Finlandais des autres régions, sont aujourd’hui encore mal informés de la vie de la communauté sami. Il arrive qu’ils nous demandent si nous avons l’électricité, et comment nous nous débrouillons pour emmener nos enfants à l’école sans voiture », observe avec amusement Unna, la batteuse de Somby.

 Afficher l'image d'origine

 

Aucun commentaire: