Rechercher dans ce blog

mercredi 23 décembre 2015

Des cerises en hiver (d'après un conte traditionnel français)

 Afficher l'image d'origine

Pierrot était si bon jardinier qu'à Noël, il récoltait des cerises rouges et sucrées comme en été. Un jour, il en cueille un panier et l'apporte au roi pour lui souhaiter la bonne année. Hélas, devant le château, un garde l'arrête et gronde :

-Qui va là ?
-C'est Pierrot, j'apporte des cerises au roi.
-En hiver ? C'est impossible ! dit le garde.

Alors, le petit jardinier lui montre fièrement ses cerises. Le garde réfléchit et dit à Pierrot :

-Le roi roffole des fruits. En échange des cerises, il va sûrement te donner un sac d'or. Je te laisserai passer si tu me donne la moitié de la récompense !

Le jardinier accepte et le garde le laisse passer. Au pied de l'escalier, un deuxième garde lui barre le passage :

-Halte-là ! Où vas-tu ? Pierrot lui explique en montrant ses cerises et le deuxième garde exige la même chose que le premier garde. Le jardinier accepte et le garde le laisse monter.

Mais à l'entrée de la salle du trône, un troisième garde demande à Pierrot : 
-Que viens-tu faire ici ?

Une troisième fois, le jardinier montre ses cerises et le garde exige encore la moitié de sa récompense, avant de le laisser entrer. Enfin, Pierrot arrive devant le roi et lui offre son panier :

-Oh des cerises en hiver ! s'étonne le roi. Ca c'est incroyable ! Comment fais-tu ?
-Je les cultive avec amour, Sire, dit Pierrot tout fier. Goûtez-les, c'est mon cadeau pour la bonne année.

Gourmand le roi croque quelques cerises.

-Hum ! délicieuses ! s'exclame-t-il. Tu mérites une récompense. Dis-moi ce que tu veux !
Le jardinier sourit et dit :
-Je voudrais cent coups de bâton,Sire.
-Quoi ? Es-tu fou ? s'écrie le roi.
-Non, Sire, mais vos gardes veulent que je partage ma récompense avec eux. Ainsi je tiendrais ma promesse et ils seront punis !

Le roi éclata de rire et, pour récompenser Pierrot, il le nomma jardinier du château ! Quant aux coquins de gardes, ils eurent une bonne volée de coups de bâton.

Aucun commentaire: