Rechercher dans ce blog

dimanche 29 novembre 2015

La Révolte De L'éléphant - Documentaire Arte 2015 - (20 minutes)








En Inde, comme en Afrique, les éléphants s'approchent de plus en plus des zones habitées : Dominique Martial a suivi ces pachydermes téméraires.





La révolte des éléphants surmenés

L'éléphant est vénéré en Inde. Il symbolise Ganesh, le dieu de la prospérité, et fait l'objet d'un véritable culte dans le Kerala, au sud du pays. Certains sont des stars de cinéma, comme Kannan, qui a joué dans trente-trois films. D'autres ont le statut d'icône religieuse. Chaque jour, les prêtres du temple de Guruvayur en choisissent trois parmi les soixante-six qu'ils gardent en captivité, pour les accompagner lors des rituels. Ils ont appris aux pachydermes à mendier des roupies du bout de leur trompe.

Panique en plein mariage
Mais la captivité, le surmenage, et le bruit saccadé des tambours lors des cérémonies provoquent parfois des crises de furie chez les animaux, qui tuent chaque mois des fidèles, ou leurs dresseurs, les "mahouts". Quatre sont morts en février, et trois en mars au Kerala. "Aucun texte religieux ne demande à ce qu'on fasse venir les éléphants dans les temples. Qu'on les laisse en paix", s'agace V. K. Venkitachalamn, président de l'Association des amoureux des éléphants.


Les conditions de travail des éléphants dans l'Inde moderne se sont détériorées. Pour répondre à la demande des festivals, ils doivent parcourir chaque année des centaines de kilomètres. Et les récalcitrants seraient battus à coups de bâton par leurs mahouts. Ils doivent apprendre à circuler dans les grandes villes, et certains sont victimes d'accidents mortels. Il y a quatre ans, l'éléphante Lakshmi a succombé à ses blessures après qu'un chauffeur en état d'ébriété l'eut heurtée au volant de son camion-citerne. Lakshmi avait eu droit à des funérailles dignes d'une vedette.
Dans les mariages, où les éléphants sont très prisés, les pétards et la musique de Bollywood leur font aussi perdre la raison. C'est ce qui est arrivé le 24 février dans l'Uttar Pradesh, lors du mariage du fils d'un des hauts dignitaires du Bahujan Samaj Party (BSP). Un éléphant pris de panique a blessé des invités et écrasé tout ce qui se trouvait sur son passage : vingt voitures et des dizaines d'arbres. La vénération des éléphants serait-elle devenue déraisonnable ? L’État de l'Uttar Pradesh, dont l'emblème du parti au pouvoir, le BSP, est justement un éléphant, a en tout cas décidé d'interdire l'usage de l'animal dans les lieux très fréquentés, et leur a imposé des visites médicales régulières.

Julien Bouissou Journaliste au Monde

 

 

Aucun commentaire: