Rechercher dans ce blog

jeudi 29 octobre 2015

La surprenante histoire du baiser à travers les âges et les civilisations

Si des fresques égyptiennes vieilles de 3 800 ans représentaient déjà des couples en train de s'embrasser, le baiser sur la bouche était une pratique culturelle encore ignorée par certaines civilisations il y a près d'un siècle. Sa signification n'a cessé d'évoluer à travers les âges et les régions du globe.




Bien que très connu aujourd’hui, le baiser était pourtant, jusqu’à encore récemment, méconnu de certaines cultures. En effet, pour de nombreux peuples le bisou lèvres contre lèvres était une pratique inconnue voire étrange. On se souvient par exemple, de William Winwood Reade, un explorateur britannique qui avait rapporté un témoignage pour le moins stupéfiant. Tombé amoureux d’une princesse africaine, alors qu’il tentait de lui voler un baiser, la jeune fille s’est enfuie en pleurant. Il écrira « Les Africains ne savent pas ce qu’est le baiser » dans son livre Savage Africa (L’Afrique sauvage) de 1864. Plus tard, il comprit que la fille avait pensé qu’il voulait la dévorer.
 
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                        
Selon les philématologues (scientifique étudiant les baisers) , les premiers baisers sur la bouche remonteraient aux textes védiques indiens, soit y il a plus de 3 500 ans, dans lesquels l'acte de "se renifler avec la bouche" y est clairement évoqué. Certaines fresques égyptiennes antiques, vieilles de plus de 3800 ans, montrent également des couples s'embrasser sur la bouche. Selon Yannick Carré, auteur du livre Le baiser sur la bouche au Moyen-âge, le baiser sur la bouche était une pratique courante entre chevaliers. Une preuve d'amitié incontestable à une période où se prendre par la main et dormir dans le même lit constituaient, pour deux chevaliers, la plus haute marque d'amitié. Il s'agissait également d'un grand honneur adressé par un seigneur à son vassal (son serviteur ou compagnon d'arme).

Selon les parties du monde, les peuples, les personnes et les époques, le baiser est plus ou moins apprécié et toléré. En effet, au Japon longtemps tabou, il est maintenant ouvertement pratiqué dans les rues (par les jeunes surtout). On reconnait plusieurs comportements qui se rapprochent du baiser dans d’autres cultures comme les Maoris de Nouvelle-Zélande et les Inuits canadiens qui préfèrent utiliser leur petit nez, comme le faisaient déjà certaines tribus en Afrique, rapportait Christopher Nyrop. Dans toutes les sociétés où le baiser n’existait pas en tant que tel, il y avait tout de même un comportement similaire, comme le fait remarquer l’anthropologue Helen Fisher, les gens peuvent aussi « se tapoter, lécher, frotter, aspirer ou souffler sur le visage de l’autre avant la copulation ». Mais en soi, le « baiser européen », c’est-à-dire lèvres contre lèvres, a été bien plus popularisé au fil du temps. En effet, le baiser a bien voyagé grâce aux conquêtes militaires, l’arrivée de navires sur de nouvelles terres, ou même les oeuvres de grands auteurs et le cinéma. Aujourd’hui, il s’agit presque d’un langage universel, ce simple baiser a en fait une longue histoire, qui ne fait sûrement que commencer. Certaines  études estiment que les endroits sur Terre où les gens ne s’embrassaient pas commençaient déjà à disparaitre depuis les années 1970. Et aujourd’hui, on estime que plus de 90 % des sociétés humaines connaissent le baiser. Le baiser n’est donc pas près de s’éteindre.


Nous en venons inévitablement à l’aspect scientifique du baiser. Mais pourquoi donc devrait-on ou non s’embrasser ? Dès l’âge adulte, ces questions trouvent de nombreuses réponses. Ainsi le contact permettrait à la femme de recueillir les marqueurs hormonaux de l’homme pour juger si oui ou non, il ferait un bon partenaire. Les scientifiques on découvert que les femmes sont capables de repérer des codes (complexe majeur d’histocompatibilité aussi appelé CMH). Ainsi, les femmes sont attirées par les hommes possédant un CMH différent du leur, ainsi les enfants issus de cette union aurait un meilleur système, une meilleure santé et de meilleures chances de survie. En somme, il s’agirait d’un véritable test pour s’assurer de choisir le ou la bon(ne) partenaire.
 
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                             Encore une fois, les femmes en dévoilent un peu plus selon leur baiser. Une étude menée par les scientifiques Rafael Wlodarski et Robin Dunbar, tend à prouver que l’appréciation féminine du baiser dépend de son cycle menstruel. Elle apprécie donc plus un baiser pendant l'ovulation.  

 Pour l’homme en revanche, il est question de séduction et plus précisément de sexe. La salive contient d’infimes quantités de testostérone et les chercheurs pensent que l’homme en embrassant fougueusement sa moitié cherche en fait à transmettre cette hormone. Les femmes sont bien plus sensibles à la testostérone, augmentant ainsi leur libido et donc plus réceptives à un échange de bons procédés.
 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                Ainsi, que ce soit pour les hommes comme pour les femmes, le baiser semble très utile pour traduire un sentiment amoureux. En effet, il s’agit d’une des meilleures preuves de confiance en son partenaire, que le cerveau peut facilement interpréter. Evidemment ! C’est bien le meilleur moyen de prouver sa confiance en quelqu’un que d’accepter de partager ses bactéries, microbes et autres pathogènes qui pourraient nous coûter la vie. D’ailleurs d’après la chercheuse Sheril Kirshenbaum, le baiser a connu à chaque époque une grande popularité sauf pendant la peste noire. Coïncidence ??? 

Des chercheurs des Universités du Nevada et de l'Indiana ont découvert que si le baiser sur la bouche est devenu pratique courante dans la majorité des sociétés, moins de la moitié de la population mondiale s'embrasserait de façon romantique. Parmi les 168 cultures étudiées au cours de l'année 2014, 77 d’entre elles (soit 46%) pratiqueraient le baiser romantique, à l'inverse des 91 restantes. 
Le baiser romantique serait donc monnaie courante au Moyen-Orient, mais inexistant en Amérique centrale. En Europe, 70% de la population le pratiqueraient, contre 73% en Asie, 55% en Amérique du Nord et 13% en Afrique. Les ethnographes ont tout de même précisé que des régions comme l'Afrique subsaharienne ou la Nouvelle-Guinée n'avaient pas été étudiées alors que le baiser romantique sexuel ferait partie de la culture. Les chercheurs ont donc défini que le baiser romantique sexuel ne faisait pas parti du langage universel.


Il a cependant été observé chez plusieurs espèces animales, notamment chez les singes bonobos qui utilisent leurs lèvres et leur langue pour s'embrasser.

L'interprétation du baiser sur la bouche, du baiser romantique sexuel ou de la simple bise sur la joue peut différer d'une culture à une autre. Alors que le "french kiss" qui consiste à s'embrasser gorge déployée est un culte français, des pays comme la Thaïlande ou le Bungladesh voient ce geste comme un échange intime et privé. Le baiser océanique par exemple, consiste à faire passer sa bouche ouverte sur celle d'un individu, parfois même en l'effleurant. Ceci ne ressemblant pas au baiser romantique sexuel type, parce que ces cultures considèrent que ce n'est tout simplement pas une expression sexuelle mais une façon de découvrir l'autre.

L’histoire du baiser est encore pleine de mystères. Tabou pour certains, véritable preuve d’amour pour d’autres, le baiser déchaîne les passions. On ne peut s’empêcher de trouver le baiser d’un romantisme fou ! N’oublions pas d’ailleurs que la France est connue pour être le pays du plus beau baiser de tous les temps : le “French kiss”. 

Aucun commentaire: