Rechercher dans ce blog

mercredi 12 août 2015

L'envol




Son cœur tremble
Sous son regard brûlant
Et chaud comme une caresse

Son cœur tremble
Devant cet abîme bleu
En mouvement constant.

Les mouettes rient
De son indécision.

Soudain,
Des nuages blanc du voilier,
Elle s'élance dans les airs
Tel un oiseaux majestueux
Pour fendre de son corps gracieux
Les vagues de la grande bleue.

Tel une sirène antique
Au chant mélodieux
Son corps est en joie
Sous le regard narquois
Du soleil et des mouettes.

Son cœur est en joie
Dans cet abîme bleu
En mouvement constant.


Fleur


Aucun commentaire: