Rechercher dans ce blog

lundi 20 juillet 2015

Les bonzaïs





Les bonsaïs sont des répliques miniatures des arbres qui poussent en pleine nature. Le terme bonsaï signifie littérairement en japonais : arbre cultivé sur un plateau.
Ils sont utilisés pour décorer l'intérieur de la maison, la véranda ou bien l'extérieur (terrasse, balcon...) en fonction des variétés.
L'art des bonsaïs consiste à essayer de reproduire à l'identique ce que l'on peut voir dans la nature, en les "sculptant" à l'aide de différentes techniques telles que la taille, la ligature...
Dans la nature, le petit arbre existe sur une paroi de rochers, sur un vieux mur ou dans un endroit sec et pauvre. La survie de l'espèce oblige la plante à s'adapter aux conditions qui peuvent être très difficiles et à fructifier pour assurer la pérennité de l'espèce.


Conseil jardinage : Où, quand, comment planter vos bonsaïs

Plantez les bonsaïs dans un petit pot en terre drainante, qui favorise l'évacuation de l’eau, et aérée pour que les racines ne pourrissent. Utilisez un terreau neutre, afin de mieux gérer l’apport d’engrais en fonction des besoins.
Les bonsaïs seront exposés de préférence à la lumière du soleil ou à la mi-ombre pour certaines espèces, dans un endroit aéré.

La taille des bonsaïs

On distingue 3 types de tailles des bonsaïs :
o La taille de structure sert à poser les bases de la structures de l’arbre (son tronc). Elle se pratique en hiver pour éviter une trop forte déperdition de sève.
o La taille d’entretien s’effectue tout au long de l’année, et sert à affiner la forme du bonsaï : réduire le nombre de rameaux, éclaircir…
o La ligature consiste à améliorer la forme (inclinaison) de l’arbre, à l’aide de fils en cuivre ou aluminium entourés sur le tronc et les branches des bonsaïs. Elle peut se faire toute l’année, mais faites attention à ne pas abimer les feuilles au moment du débourrement (stade d'éclosion des bourgeons). La ligature reste en place de 6 mois pour les feuillus, à 1 an pour les conifères.

 

 

 

Entretien des bonsaïs

Les maitres Japonais déclarent qu’il faut des années pour savoir arroser un bonsaï, entre cinq et dix ans.
On essaye quand même de s’en sortir grâce à quelques conseils de base ?
o L’arrosage du bonsaï s’effectue régulièrement par pluie fine au dessus des feuilles (avec un arrosoir spécial bonsaïs par exemple) lorsque la terre de surface est sèche. Arrosez jusqu’à 2 fois par jour en été. En revanche, évitez de le faire en hiver. Evitez la stagnation de l’eau qui peut provoquer le pourrissement des racines.
 95% des bonsaï de supermarché présentent un substrat trop épais ; l’eau coule autour sans jamais le pénétrer. Voilà pourquoi il meurt malgré vos efforts. Commencez dans un premier temps par un rempotage.

o Apportez aux bonsaïs de l’engrais principalement au printemps et en automne. Diminuez l’apport en été et stoppez-le en hiver pour permettre le repos végétatif de l’arbre. Privilégiez cet apport sous la forme organique, elle évite le surdosage qui occasionne des brûlures au niveau des racines.
o Le rempotage du bonsaï doit s’effectuer tous les 3 ans en moyenne.
Plus fréquemment pour les jeunes arbres que pour les arbres matures.

Il permet de renouveler le substrat appauvri et d’éliminer les racines trop longues. N’hésitez pas à rempoter régulièrement pour laisser plus d’espace à votre bonsaï.

 

 

 

Choix des variétés de bonsaïs

Pour maintenir vos bonsaïs en bonne santé, il faudra choisir des espèces d’arbres qui sont adaptées aux conditions de maintenance comme la taille forcée, la culture en pot etc.

Un grand nombre d’espèces peuvent ainsi être cultivées sous la forme de bonsaïs.
A l’intérieur on retrouve uniquement les espèces tropicales et subtropicales telles que : Ficus, Carmona, Eugenia, Ulmus, Serrissa
En bonsaïs d’extérieur, les espèces suivantes conviennent parfaitement : Pinus, Acer, Juniperus, Callicarpa...

Le bonsaï facile à faire pousser :

Le bonsaï, c’est en priorité l’art de cultiver. Débuter dans cet art ou cette passion, c’est se transformer en cultivateur. Le savoir empirique est toujours primordial. Il sera bien plus difficile de faire du bonsaï si vous habitez dans un appartement sans balcon en plein centre d’une grande ville que si vous habitez en banlieue dans un pavillon disposant d’un jardin. Un bonsaï vit dehors. C’est avant tout un arbre. Si vous êtes un bon jardinier, vous serez également un bon cultivateur d’arbres en pot.
Il n’y a que l’embarras du choix! Pour les importations vous avez les genévriers (juniperus), les Ormes de Chine (ulmus chinensis parviflora ou Japonica), le Chamaecyparis, les Troènes, les Érables Palmés et toutes les espèces autochtones (Buis, Charmes, Hêtre, Aubépines, Pin Sylvestre…).
Selon où vous habitez, certaines espèces sont plus faciles à cultiver que d’autres, par exemple dans le Sud Ouest de la France vous pourrez facilement cultiver les érables et les Ormes de Chine. Dans le Nord Est, le climat étant plus rude, évitez de cultiver les Oliviers et préférez les Pins Sylvestre ou les Genévriers.
Il faut éviter les espèces tropicales ou subtropicales telles que les Carmona, les Serissa, Podocarpus qui sont des variétés difficiles voire impossibles à acclimater.
Si vous décidez d’acheter un bonsaï d’intérieur vous devez pour le moment vous limiter au ficus qui vous pardonnera beaucoup d’erreurs. C’est l’espèce qui semble la plus robuste. Toutes les autres espèces vivent en extérieur. Si vous décidez d’acheter un bonsaï d’extérieur, alors une large gamme d’espèces s’offre à vous. Préférez cependant les caducs (les arbres à feuilles) qui restent plus simples à cultiver en général que les conifères (les arbres à aiguilles ou à écailles)

Aucun commentaire: