Rechercher dans ce blog

mercredi 8 juillet 2015

Le Rat : Comportement social




Le Rat : Comportement social


Le rat est un animal qui vit en groupe, et comme dans tout groupe, il y a une hiérarchie, et toute une série de "codes" faisant partie du comportement social.
Nous allons détailler ici les différentes attitudes des rats en groupe, et leur signification.

La hiérarchie chez les rats

Lorsqu'on évoque le comportement social des rats, il paraît évident de parler de la hiérarchie, car c'est la base du fonctionnement du groupe. Chaque rat du groupe trouve ainsi sa place, et connaît le comportement à adopter. Généralement, qu'il y ait deux rats ou plus, il y a un seul dominant.

* Le comportement du rat dominant :

Afin de bien faire comprendre aux autres que c'est lui le chef, il retourne les autres sur le dos, et pose ses pattes sur leur poitrail. Il les met ainsi dans une position de soumission.
Ce genre d'attitude se rencontre surtout au début, lorsque que la hiérarchie se met en place, ou lors de l'arrivée d'un nouveau rat, pour qu'il comprenne tout de suite qui est le chef de la cage.
La plupart du temps, ce rat dominant mange en premier, quitte à pousser les dominés s'ils osent tenter de passer avant lui. Il essaiera aussi de leur piquer leur nourriture.
Il peut aussi présenter son postérieur levé au dominé, et le frotter sur son dos, pour le marquer de son urine, et se "l'approprier". Ce comportement est plus fréquent chez les rats mâles, qui urinent beaucoup pour marquer leur territoire. Il arrive aussi que certains dominant urinent et se roulent ensuite dedans, pour renforcer leur présence olfactive.

Rat dominant Rat dominant

* Le comportement du rat dominé :

Lorsque le rat dominant le met sur le dos, le rat dominé ne doit pas bouger durant quelques secondes, montrant ainsi qu'il accepte sa place au sein de la hiérarchie. S'il refuse, c'est là que les choses se compliquent, surtout s'il s'agit d'un nouveau rat, car cela montre souvent que l'intégration risque d'être compliquée.
En effet, le rat dominant est souvent peu enclin à laisser sa place de chef. Heureusement, lorsque tout se passe bien, le nouveau finit par comprendre qu'il n'aura pas gain de cause, et se soumet. Dans le cas contraire, cela peut aboutir à de violents combats, et il faut parfois se résoudre à faire deux cages séparées, si on en a la possibilité, ou bien à replacer le nouveau.
En ce qui concerne la nourriture, il arrive que ce certains rats dominés fassent des "offrandes" au dominant, en lui apportant de la nourriture qu'ils déposent devant lui. Personnellement, je n'ai jamais vu aucun de mes rats le faire, mais ça arrive.
Il arrive aussi que le dominé couine, même si le dominant ne l'a pas attaqué. Il s'agit alors d'un couinement "préventif", par exemple quand le rat dominant veut lui prendre sa nourriture, ou quand il lui cherche des histoires. C'est juste un signe de protestation ou de défense, donc il n'y a à priori aucune raison de s'affoler.

La vie sociale chez les rats

Les rats en groupe ont aussi des comportements qui n'ont rien à voir avec la hiérarchie ou la confrontation, mais qui servent simplement à assurer la cohésion du groupe, et à resserrer les liens entre ses membres.

* La toilette :

Il s'agit d'un moment sacré pour les rats. Le rat fait sa toilette plusieurs fois par jour, et elle consiste en léchouilles, grignotage du poil avec les dents (ils se font les puces, c'est instinctif, et cela ne veut pas forcément dire qu'ils en aient), ou encore lissage du poil avec les pattes avant.
Un rat peut tout à fait se faire sa toilette tout seul. Cependant, les membres du groupe se la font aussi entre eux, car c'est un signe d'attachement chez les rats. Par contre, c'est le dominant qui décide quand elle commence et quand elle finit, que ce soit lui ou un autre qui la fasse.
La toilette est un rituel social, assimilé aussi à des papouilles. Il arrive parfois que cela se transforme en papouilles forcées, surtout lorsque c'est le dominant qui les fait aux rats dominés, même s'ils n'en ont pas envie. Ils se mettent alors à couiner, pour manifester leur mécontentement, même si c'est le dominant qui décide quand ça se termine.
La toilette du rat La toilette du rat La toilette chez les rats

* Le "tas de rats" :

Si vous avez plusieurs rats, vous avez sûrement remarqué qu'ils dorment très souvent en "tas". Il s'agit d'un reste du temps où ils étaient bébés. En effet, les jeunes ratons dorment en tas car durant les dix premiers jours de leur vie, ils n'ont pas de système de régulation de leur température corporelle. Ils doivent alors se serrer les uns contre les autres, pour rester au chaud.
C'est pour cela que dès que le museau d'un raton entre en contact avec l'un de ses frères ou soeurs, il cherche à s'enfouir sous lui. Le fait de dormir en tas resserre également les liens au sein du groupe. C'est aussi une façon de sentir la présence des autres, de se sentir intégré, et aussi de se tenir chaud. Ca a un côté rassurant.

Tas de rats Tas de rats Tas de rats
Merci à Gwen-Elea (photo du milieu) et Babbou (photo de droite)

* Le marquage à l'urine

Comme nous le disions plus haut, un rat dominant va avoir tendance à uriner sur les autres, pour montrer sa position de chef, mais les autres rats entre eux peuvent également le faire. En se marquant les uns les autres, ils créent une sorte de signe distinctif d'appartenance au groupe : une odeur de groupe. Un rat qui se fait uriner dessus est accepté dans le groupe, c'est une sorte de rituel d'admission.

* Le nez dans les "affaires" de l'autre

Ceci se produit surtout lors de l'intégration dans le groupe d'un nouveau rat. Lorsqu'un nouveau arrive dans la cage, les anciens, à tour de rôle, lui soulèvent la queue d'une patte, et lui reniflent les fesses. C'est un peu comme chez les chiens. Il s'agit d'un rituel de reconnaissance, afin de savoir d'où vient le nouveau.
Le nez dans les affaires de l'autre rat Le nez dans les affaires de l'autre rat

* Le "montage"

Plus courant chez les femelles, il fait également partie des relations sociales. Une ratte en chaleurs se fera monter par une autre, dans le but de la soulager. En général, c'est la même femelle qui monte toutes les autres. On retrouve aussi ce comportement chez les mâles, mais le soulagement se fait dans l'autre sens. Dans ce cas, c'est le rat dominant qui monte les dominés.

Par conséquent...

Comme nous venons le montrer, la hiérarchie et les codes sociaux sont essentiels à la cohésion du groupe. Les scientifiques ont d'ailleurs souvent fait des parallèles entre le comportement social des rats, et celui des humains. Les ressemblances sont assez frappantes.
Il y a eu par exemple une expérience comportementale, pour laquelle on avait placé plusieurs rats dans une cage aménagée comme un immeuble. Ils avaient donc établi une hiérarchie, et chacun avait sa place, et son espace vital. On a ensuite ajouté d'autres rats, en gardant le même espace et les mêmes quantités de nourriture. Et cela a abouti à des conflits. Il se serait sûrement passé la même chose avec des humains. D'ailleurs, nous, nous n'avons pas de "dominants", mais des présidents, patrons, etc.






L'homme est un rat pour l'homme

Un étude universitaire de 1994 a mis en évidence un facteur de différenciation sociale chez des rats de laboratoire : la peur. La création d'un stress aboutit à la création d'une hiérarchie de type exploiteurs / exploités / autonomes. L'homme n'aura guère inventé que la persécution des autonomes...
expérience laboratoire rat
Didier Desor, enseignant-chercheur de la faculté de Nancy, a réalisé en 1994 une expérience intitulée "Les rats plongeurs – expériences de différenciation sociale chez les rats". Cette étude consistait à placer des rats dans une cage, qui s'ouvrait quelques heures par jour pour laisser l'animal libre de parcourir un tunnel débouchant sur un distributeur de nourriture. Jusque là, tout va bien, et les rats se donnaient tous la peine d'aller chercher leur propre victuaille. Mais par la suite, le tunnel était rempli d'eau et les rats devaient nager en apnée pour franchir le tunnel, prendre les croquettes, et revenir les déguster au point de départ. Pris un par un, les rats réussissaient l'épreuve sans aucun problème. Mais regroupés en troupe de six, c'était une autre histoire.
De la lutte des classes, en cages...
Le premier jour, trois rongeurs refusaient de se jeter à l'eau, ils ne mangèrent pas. Dès le lendemain, un étonnant schéma se mit en place. Trois rats "profiteurs" poussèrent les trois autres à l'eau pour les attaquer sur le retour. Un seul défendait son trésor, le "nageur autonome". Les deux autres, "nageurs ravitailleurs", se soumettaient et plongeaient autant de fois que nécessaire pour rassasier les fainéants. Ils se nourrissaient seulement lorsque cette "tâche sociale" était accomplie.
La structure sociale ainsi mise en place est définitive, et le résultat de l'expérience est systématiquement le même. Y compris lorsque l'on place six exploiteurs ensemble ; après une nuit de combats acharnés, les rôles sont redistribués à l'identique : trois exploiteurs, deux exploités, un autonome. Puis l'expérience a été reproduite dans une cage plus grande contenant deux cents individus. Ils se sont battus toute la nuit. Le lendemain, trois rats morts et scalpés gisaient sur le sol et les exploiteurs entretenaient une hiérarchie de lieutenants leur permettant de répercuter leur autorité sans même se donner le mal de terroriser qui que ce soit.
Le stress comme origine de la structure sociale
Autre conclusion de l'étude : les rats les plus stressés étaient... les exploiteurs ! Lorsqu'on leur enlevait leurs "ravitailleurs", ils se laissaient mourir. Mais si on leur injectait des anxiolytiques pendant la période d'adaptation à l'eau, tous se mettaient à plonger et aucune structure sociale ne se mettait en place.
Conclusions (sujettes à discussion) : Plus la société est nombreuse, plus la cruauté envers les "faibles" augmente. D'autre part, la peur est le principal moteur de l'organisation hiérarchique d'une société. Finalement, l'homme n'aura guère inventé que la persécution des autonomes...
Citation du jour : "On ne doit pas laisser mourir les gens comme des bêtes... D'ailleurs, les bêtes sont des êtres humains" (Sarkozy, Juin 2008)
Voir l'expérience décrite par Bernard Werber : http://www.bernardwerber.com/unpeuplus/ESRA/hierarchie_rats.html.





















Aucun commentaire: