Rechercher dans ce blog

dimanche 14 juin 2015

LA CASTRATION

Et voilà, c'est reparti. J'entends encore un de ces messieurs qui se plaint que sa femme ou sa mère ne lui laisse aucune place. Qu'elle est ou qu'elles sont castratrices.

          Nos amies les abeilles le sont aussi, castratrices. Tout d'abord, il y a très peu de mâle, de faux bourdon, dans une colonie. Ils sont juste tolérés pour permettre la reproduction de l'espèce. Donc "quand la bise fut venu", la reine jette leurs valises par la fenêtre et, oust, dehors ! Et nos pauvres mâles mourront de faim et / ou de froid. Il n'y a aucun doute, ils n'ont pas le droit au chapitre.

          Esclaves du sexe, pensez-vous ? Ne vous y fiez pas, messieurs ! Voici comment se passe ce moment inoubliable.

          Une reine qui vient de naître, sort après quelques jours de la ruche pour un vol dit "nuptial". Lors de ce vol l'abeille s'accouplera avec plusieurs mâles différents et tout cela en plein vol. Très acrobatique !

          Elle part pour son vol nuptial et est poursuivie par plusieurs mâles qui peuvent être de différentes colonies. Et oui, qu'il soit humain ou insectes, le sexe fait courir les mâles !

          Ils volent donc derrière la reine, seuls les plus rapides auront le droit et le privilège de laisser leur empreinte génétique  durant une acrobatique pénétration et une brève éjaculation. Ils abandonnent, alors leur sperme dans la spermathèque de la reine.

          A la fin de ce vol nuptial, la spermathèque pleine de sperme à la suite des quelques dizaines d'éjaculations différentes la reine rentre à la ruche pour ne plus en sortir.

          Et les faux-bourdons me direz-vous ? Après s'être ainsi envoyés en l'air... les pauvres mâles mourront. Et oui ! Ils laissent leurs appareils génitaux plantés dans la croupe de la reine. Pour le coup, là, il s'agit vraiment de castration.

            Cela fait réfléchir, n'est-ce-pas ?
 
 

Aucun commentaire: